3 sept. 2014

Faut-il boycotter JeuxVideo.com ?

Depuis quelques temps déjà, le forum de JeuxVideo.com fait l’objet de sévères critiquent pour son contenu un peu douteux et quelques fois honteux.
Bien connues des internautes avertis, les sections “15-18” et “18-25” renferment le meilleur comme le pire. Le pire aimant flirter avec la limite légale. Et puis parfois … la limite est franchie.
C’est ce qu’a souligné dans cet article une chroniqueuse du Nouvel Obs qui a pu constater qu’en parlant d’internet et de sexisme, on obtient assez vite un mélange instable.


Alors que le débat fait rage et que ça tire dans tous les sens, prenons cinq minutes pour analyser ce qui se passe.

Le messager

Même si l’article est un peu expéditif et beaucoup trop orienté, les faits présentés sont indéniables. Ce qui est bien dommage d’ailleurs puisque tous les détracteurs commencent en général par taper sur le messager et non sur le message. Une technique récurrente ces derniers temps dans le journalisme télé de la part des politiques entre autre qui n’hésitent pas à se fendre d’un “... mais faites votre travail de journaliste !”. Sous-entendu : “vous ne me posez pas les questions auxquelles j’ai envie de répondre”.
Ce qui réduit de plus en plus les journalistes à de simple porte-micros.

Je trouve le titre de l’article bien choisi parce qu’il résume à merveille la situation. Même si une partie du forum ressemble à n’importe quelle autre, une autre partie non négligeable véhicule des idées qui tombent sous le coup de la loi et personne ne fait rien (il parait qu’il y a des modérateurs).

La pensée de groupe

La principale réponse que l’on peut entendre de la part des supporters, c’est qu’il faut connaître le forum pour pouvoir critiquer. Que c’est une communauté et que si on en fait pas partie, on ne peut pas “comprendre”.
Je ne m’étalerai pas sur la pensée de groupe car je l’ai déjà fait dans un article précédent :
Mais il s’agit d’un cas d’école où chacun s’encourage à commettre la plus grosse débilité.

L’acteur principal

On sait qu’avec les moyens de communication extrêmement rapides, si il y a un problème et pas de réponses de l’intéressé, c’est un manquement énorme. Surtout de la part d’un magazine qui ne doit pas manquer de plumes pour rédiger un petit communiqué au moins pour faire patienter.
Et c’est ici le gros problème de JVcom : une passivité à toute épreuve. Les seules réponses obtenues dans le passé sont de l’ordre de : “On connaît le problème, c’est compliqué, on y réfléchit”. Ce qui peut être interprété comme une démission étant donné que les revenus générés par le trafic du forum ne doivent pas être négligeables et qu’on ne change pas une équipe qui gagne !
Bref, on attend avec impatience que JVcom se fende d’une réponse et se prenne les pieds dans le tapis.

Les modérateurs

En nommant des modérateurs parmi les volontaires tout en regardant tout ça évoluer de loin et les stats de fréquentation de près, on peut vite perdre le contrôle et commettre l’irréparable.

Une réponse apportée par un modérateur :

15/07 : Le sujet a été supprimé. Il comportait plus de 6 pages hier encore. Principalement du soutien et des encouragements. Je n’ai pas de screenshots mais je vous fais part de mon analyse malgré tout.

Arrêtons-nous un instant sur cette phrase : “Si la bêtise se porte bien sur la toile française, elle semble avoir atteint un point de non-retour dans le milieu du militantisme et donc du journalisme”.
La bêtise sur la toile française ? Les internautes vous remercient mais je crois qu’on se passera de vos analyses (la paille, la poutre). Et confondre le militantisme et le journalisme ? Vraiment ?

Déjà considérée comme une réponse ouverte et intelligente par certains, on voit encore une victime de l’effet de groupe. Et un appel à témoignage magnifique pour que chaque membre du groupe puisse renforcer cette pensée. On trouve quand même de petites fissures : “[parlant de Bla-Bla] Je suis désolé, mais 75% des sujets sont carrément affligeants.”.

D’un point de vue plus personnel, j’ai fréquenté le forum de Hardware.fr pendant de nombreuses années. La modération a toujours été impeccable. Il y a des règles claires et elles sont respectées à la lettre. Même dans les zones de discussion libre, les débats peuvent s'enflammer mais on sait qu’il n’y aura pas de débordements non-contrôlés.

La liberté d’expression

Derrière le drapeau de la liberté d’expression, on peut cacher à peu près toutes les idéologies nauséabondes. On trouve aussi l’excuse du troll qui permet de créer une zone très floue et surtout de faire avaler des couleuvres. Prétextant qu’il s’agit d’humour et de provocation, les partisans de discours orduriers n’hésitent pas à (tenter de) faire taire l’opposition par tous les moyens licites ou illicites à leur disposition : spam, harcèlement, diffusion des informations personnelles …

De même, utiliser des mots choquants ne rentre pas dans le cadre de la liberté d’expression. Le proverbe : "La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres" qu’on retrouve dans la Déclaration de Droits de l’Homme, rappelle qu’un mot choquant ou trollesque pour certains est blessant pour d’autres. L’utilisation à outrance des mots “pd” et “fag” montre que l’on est plus dans la liberté d’expression mais dans la liberté d’offenser.
Les retrouver en titre de topic ?

Certains prétendent que ce n’est pas pire que le bon vieux café du commerce. C’est vrai, sauf que ce n’est pas transposable. On ne peut pas parler dans un forum comme au café du commerce puisqu’on passe d’un cercle relativement privé à un espace public d’une part. Et que c’est toujours le passage à l’acte qui est pointé du doigt et non pas le medium d’autre part.

Conclusion

JVcom serait-il comme Dr Frankenstein réalisant qu’il a enfanté d’un monstre et qu’il a beaucoup de mal à s’en débarrasser aujourd’hui ? Car certains membres désirent clairement transformer cette communauté en un 4chan francophone.
On ne peut pas laisser ce genre de discours envahir Internet, d’abord parce que la loi doit être respectée et ensuite parce qu’il est du devoir de chacun d’œuvrer pour une société meilleure où chacun peut se sentir en paix quels que soient sa couleur, son genre, son orientation sexuelle …
Insulter des féministes (exemple au hasard) et les harceler dès qu’elles se défendent ne fait partie d’aucune liberté, d’aucun style d’humour.
Faudra-t-il faire pression sur JVcom pour obtenir une réaction officielle ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire